Les résultats

PLVPB Judo Jujitsu



Votre enfant fait du judo ... et pas vous

Qu'à cela ne tienne, voici quelques informations utiles pour mieux appréhender son sport :

Le judo, brève définition.

Le JUDO est japonais. Il a été créé par Jigoro KANO (1860-1938) au début du siècle et importé en France dans les années 40 par maître Kawaishi qui l'adapta en créant les ceintures de couleurs.
Le judo est un art martial. L'objectif premier est donc : maîtriser l'adversaire. Transposer au sport cet objectif devient : faire chuter ou immobiliser le partenaire. Le judo, c'est la voie de la souplesse. L'idée principale est de ne pas opposer sa propre force à celle du partenaire mais, par une attitude souple et une réaction spontanée, d’ajouter les deux forces pour le déstabiliser. Si le partenaire me pousse je le tire. S'il me tire je le pousse. Cette méthode implique pour celui qui prend l'initiative (appelé TORI) sur l'autre d'être rapide, stable et de maîtriser la technique d’une prise qui fait chuter. Pour celui qui subit (appelé UKE, prononcer ouké) de maîtriser l'art de la chute et du "brise chute" (UKEMI) pour ne pas se faire mal en tombant.
Il existe des techniques d'immobilisation interdites chez les plus jeunes, permettant de maîtriser le partenaire par un étranglement (respiratoire ou sanguin) ou par un clef de bras au coude (hyper extension du bras au niveau de l'articulation du coude).

La pratique.

Le judo se pratique sur un tapis (le TATAMI) dans une pièce appelée le DOJO. La tenue est simple : un KIMONO (pantalon et veste de couleur blanche). Une ceinture ferme la veste. Sa couleur renseigne sur le grade de la personne qui pratique (le JUDOKA). Pour les filles, il est permis de porter un tee-shirt blanc sous la veste. Le Kimono doit être à la bonne taille (les manches doivent arriver aux poignets les bras tendus, le pantalon aux chevilles).
Le judo est un sport de contact, le KIMONO sert pour toutes les séances :

Il est important d'avoir une très bonne hygiène du corps et d'avoir un Kimono toujours propre !

Le judoka salut souvent. C'est la marque de respect des arts martiaux japonais. Respect des lieux, respect du professeur, respect des partenaires, respect de soi. Donc le judoka salue : lors de l'entrée sur un tapis, pour le début du cours et d'un combat, pour la fin du cours et d'un combat et pour quitter le tapis. Souvent l'ordre de salut est donné par le professeur (c'est le REI, prononcer ré).

Le judo : le physique, la technique … et les combats !

Pour être souple et dominer son partenaire, il faut être physiquement préparé. C'est pourquoi les judoka travaillent leur physique (c'est la première partie d'un cours). Il faut être endurant, avoir des jambes et des bras solides, des abdominaux et un cou résistants.
Il faut connaître les techniques qui vont permettre de déstabiliser le partenaire pour le projeter, l'immobiliser ou le contrôler (c'est la deuxième partie du cours).
Il faut enfin savoir mettre en pratique, même quand le partenaire n'est pas franchement d'accord. C'est l'objectif des combats. Ceux faits en fin de cours, hors compétition, s'appellent des RANDORI.

Les compétitions.

Votre enfant fait une compétition. Vous regardez, mais comment ça marche ???
La compétition a lieu sur le tapis dans un carré dont les dimensions dépendent de la catégorie.
2 à 3 personnes sont "à la table" devant le tapis. Ce sont les commissaires sportifs. Ils ont pour mission de comptabiliser les points, de renseigner la feuille des combats et de tenir les différents chronomètres.
2 personnes sont assises au coin du tapis ! Ce sont les juges qui surveillent le combat et qui donnent des informations complémentaires à l'arbitre. Ces personnes sont importantes car si elles émettent un avis différent de celui de l'arbitre, celui-ci est obligé de les suivre selon la règle des 3 (qui dégage toujours une majorité).
Enfin l'arbitre anime le combat, attribue les points et les pénalités, en respectant le règlement en vigueur dans la catégorie et en tenant compte de l'avis des juges. Il donne ces ordres aux combattants et aux commissaires sportifs.
Pour débuter le combat, l'arbitre indique HADJIME (prononcer adjimé) aux combattants. Il indique MATTE (prononcer maté) pour stopper temporairement, SORE MADE (prononcer soré madé) pour finir le combat.
Le gagnant est celui qui marque le point (IPPON). A ce moment là, l'arbitre annonce IPPON et lève le bras.
La durée des combats est fonction de la catégorie.

Durée des combats Poussin Benjamin Minime Cadet Junior Senior
FFJDA - 2' 3' 4' 4' 5'
UFOLEP 1'30 1'30 3' 4' 4' 5'

Si un combattant marque un point qui n'est pas décisif mais qui lui offre quand même un avantage, l'arbitre annoncera, par ordre d'importance : YUKO ou WAZA-ARI. Deux WAZA-ARI valent un IPPON, mais deux YUKO ne valent pas WAZA-ARI.
Lors des projections la valeur des avantages est définie comme suit :

Valeur pour TORI IPPON WAZA-ARI YUKO
Quand UKE tombe fort sur le dos tombe sur le dos mais pas très fort ou tombe fort sur le côté tombe sur le côté

Si un combattant fait une chose interdite, il sera sanctionné. Chez les plus petits, un avertissement est donné avant la sanction. Si le combattant A est sanctionné une première fois, l'arbitre annoncera SHIDO et le combattant B sera crédité d'un YUKO. Pour le deuxième SHIDO il aura un WAZA-ARI et pour la 3ième sanction le combattant A sera éliminé, l'arbitre annoncera HANSOKU MAKE (prononcer ansocou maqué). Le combattant B aura gagné.
Même chez les plus petits, le combat peut se terminer au sol. Un combattant prend l’ascendant sur l’autre en l’immobilisant, dos à terre. Dans ce cas l’arbitre annoncera OSAE KOMI. Si le combattant dominé n’arrive pas à s’extirper de l’immobilisation avant un temps fonction de la catégorie, l’arbitre annoncera IPPON. Si le combattant dominé arrive à sortir de l’immobilisation, ou à crocheter une jambe du dominant avec ses propres jambes ou bien encore s’il arrive à faire sortir les deux combattants du carré réservé à la compétition, alors l’arbitre annoncera TOKETA qui met fin au décompte de temps d’immobilisation. En fonction du temps passé immobilisé, l’arbitre annoncera Waza-ari, Yuko ou rien du tout si l’immobilisation était trop courte.

Valeur Durée d'immobilisation
IPPON 20s
WAZA-ARI 15 à 19s
YUKO 10 à 14s

Lors des compétitions, il est important de différencier les combattants. Pour cela, ces derniers mettent une ceinture supplémentaire. Elle est rouge pour le premier appelé, blanche pour le second. La table de marquage fait apparaître un décompte pour le combattant rouge (qui est à droite de l’arbitre et à gauche des commissaires sportifs) et un pour le combattant blanc. Au niveau international la différence se fait par la couleur du kimono (bleu et blanc).